Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : classe de saxophones de Brest
  • classe de saxophones de Brest
  • : la vie, l'actualité, les humeurs de la classe de saxophones de Brest au sein de l'ENM et de la vie musicale Brestoise.
  • Contact

Concerts à venir

Pour lire les fichiers Audio, il vous faut Internet Explorer

pour Lire les Vidéos il vous faut Quick Time
ainsi que Shockwave Player ou celui ci 



10 Octobre 2007, 19h00 - salle 15 - Comme vous l'entendez (Gaëtan et Arthur)
21 Octobre 2007, journée - Auditorium : Concours G.Robin
26 Novembre 2007, 20h30 -Auditorium : Audition classe de sax
27 Novembre 2007, 20h30 - Auditorium : concert Orchestre Harmonie 3ème cycle
8 et 9 Decembre 2007, festival de la radio
10 décembre 2007, 20h30 - Auditorium : les temps moderne II
18 janvier 2008, 20h30 - Auditorium : Sillages
11 Février 2008, 18h30 - Audition : concert élèves Sax-Piano du 20ème
12 février 2008, 20h30 - Auditorium : concert piano sax:  I.Poncet, S.Sordet
15 et 16 Mars 2008, journée - Concert & Master Class J.Y.Fourmeau
lundi 17 Mars 2008, 18h30 - Auditorium : Audition classe de sax
1 Avril 2008, 20h30 - Auditorium - Concert Harmonie 3 ème cycle
5 Avril 2008, journée festival des harmonie à Guipavas
12 Avril 2008, 20h30 - Auditorium : concert Quatuor d'anches (Trielen + S.Sordet)
3 Juin 2008, 20h30 - Auditorium : audition fin année classe de sax
 

Recherche

Ailleurs...

Ailleurs....
5 Octobre 2007, 21h : 7 Black Butterflies - Le Vauban Brest
7 Octobre 2007, 17h : Camel Zekri - la grande boutique  Langonnet
12 Octobre 2007 , 20h30 : Camel Zekri, Assif Tsahar & Cooper Moore - St MArtin des Champs
16 Octobre 2007, 21h : Nu Band - Le Vauban Brest
26 Octobre 2007, 21h : Julien Loureau , La Carene - Brest
12 Novembre 2007, 20h30 : Sillages Ciné-Concert , Quartz-Brest
30 Novembre 2007, 20h30 : Porgy & Bess, Quartz-Brest
12 Janvier 2008, 20h30 : Michel Legrand, Quartz-Brest
4 Avril 2008, 20h30 : Une Trace pour Sillages 2 , Quartz-Brest


Ecouter, Lire, Voir   ! 

au cinéma : "My Blueberry Nights" de Wong Kar-Wai

Livre :  Alain SERRES  "Je serai les yeux de la terre" aux Editions Rue du Monde

à écouter :  Jens Lekman "Night Falls Over Kortedala"

en DVD : "virgine suicide" S.Copolla

En BD : Scott McCloud "Faire de la bande dessinée"

 

 














Archives

8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 10:31

Fabrication du Saxophone

 

Le saxophone est constitué d’environ quatre cent soixante-dix pièces métalliques.

Le corps de l’instrument, la culasse, le pavillon et le bocal font appel à un travail de chaudronnerie. Si celui-ci paraît assez simple à réaliser, il n’en demeure pas moins minutieux afin de pouvoir répondre à toutes les exigences technologiques de l’instrument (ouverture, justesse, sonorité…).

 

Le procédé de Fabrication commence par le découpage du laiton (alliage de zinc et de cuivre)

Cette découpe est différente suivant l’utilisation à venir des plaques : découpe de flancs pour l’emboutissage et de plaques pour l’usinage.

 

Le corps est fabriqué directement à partir d’une plaque de laiton précuit, découpé avec des cisailles spéciales ou guillotines. Une fois les bords de la plaque rejoints pour fermer le tube, ceux-ci sont brasés. Cette étape s’appelle le roulage à partir d’un flanc découpé.

 

Ensuite, le pavillon et la culasse sont emboutis, c’est l’emboutissage : une matrice forme deux demi pavillons ou deux demi culasse sous une presse de 35 tonnes

 

L’étape suivante consiste à souder les différentes parties obtenues.

Les Corps, bocaux, culasses, pavillons des instruments de grandes séries sont soudés à l’arc électrique sous atmosphère gazeuse (argon) et sans apport de métal.

Cette méthode s’appelle T.I.G (Tungstène Inerte Gaz), l'arc est établi au sein d'une atmosphère neutre (argon ou hélium) entre la pièce à souder et une électrode métallique réfractaire non consommable en Tungstène pur ou thorié. Le flux de gaz inerte protège de l'air environnant l'électrode, le bain de fusion et, le cas échéant, l'extrémité du fil d'apport. Utilisé de façon courante dans les industries nucléaires, aéronautiques, alimentaires, chimiques ou pétrochimiques, le procédé T.I.G permet le soudage de tous les métaux et alliages, même les plus délicats, tels que le titane, tantale, zirconium, etc...

On fond la matière qui refusionne : meilleur homogénéité de la soudure donc meilleur acoustique.

Pour plus de renseignement sur ce procédé de soudure : http://fr.wikipedia.org/wiki/Soudage_TIG

 

Vient ensuite l’étape de la conception du bocal et de son cintrage.

Son angulation et l'alliage dans lequel il est fabriqué déterminent le son et la facilité d'émission. Il est pourvu de la clé d'octave et fabriqué selon le même procédé que le corps, puis cintré à la glace et gonflé hydrauliquement.

Les bocaux sont remplis d’eau et plongés dans une solution alcoolisée à –60°C. Ce principe permet de ne pas déformer le bocal lors du cintrage.

 

Ensuite, c’est l’étirage au plomb, c'est-à-dire la mise en forme des pièces soudées sur un mandrin de référence pour le corps, le bocal, et le pavillon La rondelle de plomb plaque le métal sur le mandrin de forme.

Après avoir été formé, soudé par brasure (c'est-à-dire par ajout de métal) et étiré, le pavillon est "bordé": un fil de laiton est roulé et serti en bordure de l'évasé Le bordage a pour but d’insérer autour de la cuvette du pavillon un jonc métallique qui en assure la rigidité.

A la suite des opérations de polissage et de vernissage, le pavillon peut recevoir une gravure décorative.

Afin d’enlever les plus gros défauts les luthiers commencent un pré polissage par bandes abrasives en rotation, puis c’est le marquage des logos grâce à un mandrin de forme en négatif

 

Il faut ensuite préparer les cheminées

Les cheminées sont étirées du tube, et non rapportées comme cela se faisait il y a encore quelques années. Il est procédé préalablement au perçage des avant-trous, puis à la réalisation des cheminées grâce à de nombreuses boules qui, en se retirant, étirent le métal. Ces opérations se font au centième de millimètre près. La main-d'oeuvre employée est nécessairement très qualifiée

 

L’étape suivante consiste à fabriquer, préparer et poser les clefs.

 

Une clé est  composée au minimum de : une tringle, une pointe, un rond et d’un levier de commande.

Les clefs ou autres pièces plates sont également découpées dans une plaque de laiton avant d’être mises en forme à l’aide d’une presse.

Une fois les supports de clefs soudés, un contrôle est effectué pour vérifier la  conformation sur un gabarit. Ensuite, les excédents de soudure sont nettoyés en bains d’acides. Les patins et les boules sont soudés définitivement à l’étain

 

Le pavillon et la culasse sont ensuite soudés à l’étain

Le corps, le pavillon et le bocal sont trempés dans différents bains d’acide et de rinçage afin d’enlever les excédents de soudure, et les diverses traces qui pourraient se trouver sur ces parties. Cette étape s’appelle le désétamage. Puis c’est l’étape du polissage, et du vernissage au pistolet puis séchage au four (pour les clefs, le corps, la culasse, le pavillon et le bocal). Les clefs (appelés garniture) sont ensuite préparées avec l’adjonction des nacres et des tampons.

Ensuite, une gravure à la main est effectuée, avant de monter l’ensemble de l’instrument, de vérifier le bouchage des clefs. Pour finir, des tests acoustiques sont réalisés par des essayeurs.
puis c'est le stockage, la mise en vente dans l'étuis et...Pour finir.... dans vos petites mains,

Partager cet article

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article

commentaires