Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : classe de saxophones de Brest
  • classe de saxophones de Brest
  • : la vie, l'actualité, les humeurs de la classe de saxophones de Brest au sein de l'ENM et de la vie musicale Brestoise.
  • Contact

Concerts à venir

Pour lire les fichiers Audio, il vous faut Internet Explorer

pour Lire les Vidéos il vous faut Quick Time
ainsi que Shockwave Player ou celui ci 



10 Octobre 2007, 19h00 - salle 15 - Comme vous l'entendez (Gaëtan et Arthur)
21 Octobre 2007, journée - Auditorium : Concours G.Robin
26 Novembre 2007, 20h30 -Auditorium : Audition classe de sax
27 Novembre 2007, 20h30 - Auditorium : concert Orchestre Harmonie 3ème cycle
8 et 9 Decembre 2007, festival de la radio
10 décembre 2007, 20h30 - Auditorium : les temps moderne II
18 janvier 2008, 20h30 - Auditorium : Sillages
11 Février 2008, 18h30 - Audition : concert élèves Sax-Piano du 20ème
12 février 2008, 20h30 - Auditorium : concert piano sax:  I.Poncet, S.Sordet
15 et 16 Mars 2008, journée - Concert & Master Class J.Y.Fourmeau
lundi 17 Mars 2008, 18h30 - Auditorium : Audition classe de sax
1 Avril 2008, 20h30 - Auditorium - Concert Harmonie 3 ème cycle
5 Avril 2008, journée festival des harmonie à Guipavas
12 Avril 2008, 20h30 - Auditorium : concert Quatuor d'anches (Trielen + S.Sordet)
3 Juin 2008, 20h30 - Auditorium : audition fin année classe de sax
 

Recherche

Ailleurs...

Ailleurs....
5 Octobre 2007, 21h : 7 Black Butterflies - Le Vauban Brest
7 Octobre 2007, 17h : Camel Zekri - la grande boutique  Langonnet
12 Octobre 2007 , 20h30 : Camel Zekri, Assif Tsahar & Cooper Moore - St MArtin des Champs
16 Octobre 2007, 21h : Nu Band - Le Vauban Brest
26 Octobre 2007, 21h : Julien Loureau , La Carene - Brest
12 Novembre 2007, 20h30 : Sillages Ciné-Concert , Quartz-Brest
30 Novembre 2007, 20h30 : Porgy & Bess, Quartz-Brest
12 Janvier 2008, 20h30 : Michel Legrand, Quartz-Brest
4 Avril 2008, 20h30 : Une Trace pour Sillages 2 , Quartz-Brest


Ecouter, Lire, Voir   ! 

au cinéma : "My Blueberry Nights" de Wong Kar-Wai

Livre :  Alain SERRES  "Je serai les yeux de la terre" aux Editions Rue du Monde

à écouter :  Jens Lekman "Night Falls Over Kortedala"

en DVD : "virgine suicide" S.Copolla

En BD : Scott McCloud "Faire de la bande dessinée"

 

 














Archives

10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 14:19
De son nom russe : Александр Николаевич Черепнин; Aleksandr Nikolaevič Čerepnin
Compositeur russe du XXème siècle, Alexandre Tcherepnine est née à Saint-Pétersbourg le 2 janvier 1899. Fils de Nicolas Tcherepnine, et père de Ivan Tcherepnine, tout deux compositeurs également, Alexandre Tcherepnine vient d'une famille de musicien.
Après la révolution de 1917 en Russie, il émigre en France, et visite l'Extrême-Orient, dont la Chine où il trouvera sa femme, Lee Hsien Ming, pianiste chinoise.
Après la Seconde Guerre Mondiale, en 1948 il émigre aux États-Unis, dont il prend la nationalité dix ans plus tard avec sa femme. Il enseignera à la DePaul University à Chicago.
Il mourra le 29 septembre 1977 à Paris.
Alexandre Tcherepnine est connu pour quelques oeuvres majeures qu'il a créé, telles que trois opéras, six concertos, et quatre symphonies, dont la première qui fut la première symphonie créé avec des percussions.
Il est l'auteur de la "Sonatine Sportive", un duo pour Saxophone Alto et Piano. Cette oeuvre se divise en trois mouvement, un premier mouvement assez rapide, suivi d'un mouvement lent et enfin d'une course particulièrement rapide. La difficulté du morceau étant l'accentuation prononcé. C'est un des morceaux que l'ont peut présenter pour le passage en 3ème cycle de saxophone.

Je vous propose de découvrir ce morceau interpreté par un quatuor d'anches: le hautbois, la clarinette et le basson remplaçant le piano. Voici les extraits :

 



 



 



Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 18:26

            Alfred Desenclos est un compositeur du 20 éme siècle, je pense donc qu’il peut être considéré comme compositeur moderne par sa période de composition, mais lui se considère comme Romantique, durant la période du 19éme siècle donc. Il est né en 1912 au Portel, dans le Pas-de-Calais. Ayant une formation de pianiste, Desenclos va passer de nombreux concours, dont le fameux prix de Rome qu’il obtient en 1942. Les nombreux prix qu’il aura passé à Paris vont le faire connaître comme compositeur ayant un style plutôt mélodique et harmonique, avec une influence Grégorienne et Jazz. Desenclos est un compositeur méconnu car sa musique plutôt d’écriture classique romantique fût masqué par les nouveautés musicale comme la musique sériel ou bien minimaliste. Alfred Desenclos est mort à Paris en 1971.

 

Voici quelques unes de ces œuvres :

 

 

  • Symphonie 1954
  • Requiem pour chœur et orgue 1961
  • Quatuor de saxophones 1964
  • Prélude, Cadence et Finale pour saxophone et piano 1956
  • Preambule, complainte et final pour cor et piano
  • Cantilene Et Divertissements pour cor et piano
  • Bucoliques pour flûte et piano
  • Plain pour trombone et piano
  • Incantation, Threne Et Danse Pour Trompette Et Orchestre
  • "Nos Autem" chœur (SSATBB) a cappella
  • Salve Regina chœur (SATB) a cappella
  • Suite Breve pour piano Solo
  • Fantaisie pour Harpe seule
  • Aria & Rondo pour contrebasse et piano
Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 10:31

Fabrication du Saxophone

 

Le saxophone est constitué d’environ quatre cent soixante-dix pièces métalliques.

Le corps de l’instrument, la culasse, le pavillon et le bocal font appel à un travail de chaudronnerie. Si celui-ci paraît assez simple à réaliser, il n’en demeure pas moins minutieux afin de pouvoir répondre à toutes les exigences technologiques de l’instrument (ouverture, justesse, sonorité…).

 

Le procédé de Fabrication commence par le découpage du laiton (alliage de zinc et de cuivre)

Cette découpe est différente suivant l’utilisation à venir des plaques : découpe de flancs pour l’emboutissage et de plaques pour l’usinage.

 

Le corps est fabriqué directement à partir d’une plaque de laiton précuit, découpé avec des cisailles spéciales ou guillotines. Une fois les bords de la plaque rejoints pour fermer le tube, ceux-ci sont brasés. Cette étape s’appelle le roulage à partir d’un flanc découpé.

 

Ensuite, le pavillon et la culasse sont emboutis, c’est l’emboutissage : une matrice forme deux demi pavillons ou deux demi culasse sous une presse de 35 tonnes

 

L’étape suivante consiste à souder les différentes parties obtenues.

Les Corps, bocaux, culasses, pavillons des instruments de grandes séries sont soudés à l’arc électrique sous atmosphère gazeuse (argon) et sans apport de métal.

Cette méthode s’appelle T.I.G (Tungstène Inerte Gaz), l'arc est établi au sein d'une atmosphère neutre (argon ou hélium) entre la pièce à souder et une électrode métallique réfractaire non consommable en Tungstène pur ou thorié. Le flux de gaz inerte protège de l'air environnant l'électrode, le bain de fusion et, le cas échéant, l'extrémité du fil d'apport. Utilisé de façon courante dans les industries nucléaires, aéronautiques, alimentaires, chimiques ou pétrochimiques, le procédé T.I.G permet le soudage de tous les métaux et alliages, même les plus délicats, tels que le titane, tantale, zirconium, etc...

On fond la matière qui refusionne : meilleur homogénéité de la soudure donc meilleur acoustique.

Pour plus de renseignement sur ce procédé de soudure : http://fr.wikipedia.org/wiki/Soudage_TIG

 

Vient ensuite l’étape de la conception du bocal et de son cintrage.

Son angulation et l'alliage dans lequel il est fabriqué déterminent le son et la facilité d'émission. Il est pourvu de la clé d'octave et fabriqué selon le même procédé que le corps, puis cintré à la glace et gonflé hydrauliquement.

Les bocaux sont remplis d’eau et plongés dans une solution alcoolisée à –60°C. Ce principe permet de ne pas déformer le bocal lors du cintrage.

 

Ensuite, c’est l’étirage au plomb, c'est-à-dire la mise en forme des pièces soudées sur un mandrin de référence pour le corps, le bocal, et le pavillon La rondelle de plomb plaque le métal sur le mandrin de forme.

Après avoir été formé, soudé par brasure (c'est-à-dire par ajout de métal) et étiré, le pavillon est "bordé": un fil de laiton est roulé et serti en bordure de l'évasé Le bordage a pour but d’insérer autour de la cuvette du pavillon un jonc métallique qui en assure la rigidité.

A la suite des opérations de polissage et de vernissage, le pavillon peut recevoir une gravure décorative.

Afin d’enlever les plus gros défauts les luthiers commencent un pré polissage par bandes abrasives en rotation, puis c’est le marquage des logos grâce à un mandrin de forme en négatif

 

Il faut ensuite préparer les cheminées

Les cheminées sont étirées du tube, et non rapportées comme cela se faisait il y a encore quelques années. Il est procédé préalablement au perçage des avant-trous, puis à la réalisation des cheminées grâce à de nombreuses boules qui, en se retirant, étirent le métal. Ces opérations se font au centième de millimètre près. La main-d'oeuvre employée est nécessairement très qualifiée

 

L’étape suivante consiste à fabriquer, préparer et poser les clefs.

 

Une clé est  composée au minimum de : une tringle, une pointe, un rond et d’un levier de commande.

Les clefs ou autres pièces plates sont également découpées dans une plaque de laiton avant d’être mises en forme à l’aide d’une presse.

Une fois les supports de clefs soudés, un contrôle est effectué pour vérifier la  conformation sur un gabarit. Ensuite, les excédents de soudure sont nettoyés en bains d’acides. Les patins et les boules sont soudés définitivement à l’étain

 

Le pavillon et la culasse sont ensuite soudés à l’étain

Le corps, le pavillon et le bocal sont trempés dans différents bains d’acide et de rinçage afin d’enlever les excédents de soudure, et les diverses traces qui pourraient se trouver sur ces parties. Cette étape s’appelle le désétamage. Puis c’est l’étape du polissage, et du vernissage au pistolet puis séchage au four (pour les clefs, le corps, la culasse, le pavillon et le bocal). Les clefs (appelés garniture) sont ensuite préparées avec l’adjonction des nacres et des tampons.

Ensuite, une gravure à la main est effectuée, avant de monter l’ensemble de l’instrument, de vérifier le bouchage des clefs. Pour finir, des tests acoustiques sont réalisés par des essayeurs.
puis c'est le stockage, la mise en vente dans l'étuis et...Pour finir.... dans vos petites mains,

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 13:03

Alors comment c'est passé ce concert ?

Très bien.

Ce spectacle monté en partenariat avec la classe d’art dramatique c’est très bien déroulé.

Une grande autonomie des élèves qui savaient où se placer et quand ils devaient aller jouer. Enchaînement limpide des textes et des pièces musicales, très bonne interprétation des pièces. Les textes ont été très bien mis en valeur, avec des intonation et un jeu de scène sur et intéressant.

Bref tout c’est très bien déroulé

Une mention spéciale à Thomas allias bibi pour le placement rapide d’anche, et prix spécial d’interprétation à Léa et Benjamin !

Merci à

  • Marie-Claude et Muriel : dans le rôle des  liseuses du textes
  • Gaëtan, Arthur, Arthur & Thomas pour les quatuors
  • Yasmine, Samy, Antoine & Adrien pour leur quatuor
  • Antoine, Adrien & Thomas pour leur disponibilité
  • Louis, Clément, Morgan, Tritan, Gaspard, Mathilde, Madeleine, Johanna, Emilien pour leur autonomie
  • Léa & Benjamin pour leur superbe duo
  • Merci à Sylvian pour son travail auprès de ses élèves d’art dramatique
  • Et un merci de la part de tous à Sylvain pour la qualité de son texte qui a plus que mis en valeur le répertoire interprété, sans ce texte la soirée n’aurait pas été aussi réussi.

Prochaines représentations de la classe lundi 11, mardi 12 et mercredi 13 juin dans le cadre des portes ouvertes, et le lundi 18 juin pour un concert saxophone et voix avec des oeuvres originales de F.Rossé, P.Dusapin, M.Leroux, E.Rolin etc…

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 13:39

Sur la Radio Sax du Blog pleins de nouveauté, et la plus part des pièces de l'examen ! bonne écoute !

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 18:24

Voici un extrait de tableaux de Provence de PauleMaurice par Thibault

 

Paule Maurice, née à Paris en 1910 et décédée à Paris en 1967, était une compositrice française.

Elle fit ses études musicales au Conservatoire de Paris. Elle eut comme maîtres Jean Gallon (harmonie), Noël Gallon (contrepoint et fugue) et Henri Busser (composition). Répétitrice de Jean Gallon dès l’âge de 23 ans, elle a formé de nombreux élèves dont certains sont titulaires du Prix de Rome. À partir de 1942, elle fut titulaire d'une classe de déchiffrage. Elle est également l'auteur, avec son mari Pierre Lantier d’un traité d’harmonie, ouvrage pédagogique en usage dans un grand nombre d’écoles françaises et étrangères. (wikipédia)

allez voir ce lien :paul maurice/tableaux de Provence

Dans les duos interprétés, nous avons eu Blitz de Vincent Dunet par Gaëtan et Arthur (A)

ainsi que Ximix, de François Rossé, par Arthur (D) et Thomas

 

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 18:08

Voici une version de la sonate de B.Heiden interprété par Boris le 22 mai dernier.

Ainsi que la version de Grab It ! de J.Ter Veldhuis par Gaëtan

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 14:41

Arthur nous a joué une très belle pièce de John Harbison : San Antonio Sonata (1994). pièces en 3 mouvements, faisant des clins d'oeils à des styles musicaux très variés.

Issu d'une famille de musiciens, John Harbison manifeste son interêt pour la passion familiale très tôt : il fait ses premières improvisations au piano à cinq ans et constitue un groupe de jazz, six ans plus tard. Après de brillantes études aux universités d'Harvard et Princeton, il devient professeur de musique en 1984. Les années passant, il enseigne, entre autres, à la Boston University et à la Duke University, en tant que maître de conférence. Reconnu comme l'un des plus grands compositeurs contemporains, il se distingue également par sa qualité de chef d'orchestre éclectique. Il a dirigé, entre autres, le Haendel and Haydn Society et le Boston Symphony. De l'opéra à la symphonie, Harbison s'adonne à tous les styles et reçoit en 1987 le Prix Pulitzer pour sa cantate 'La fuite en Egypte'. En 1999, son opéra 'Gastby le magnifique' reçoit un accueil triomphal. Membre de plusieurs conseils d'administration dont l'American Academy of Art and Letters, l'illustre compositeur s'implique également dans la promotion de jeunes compositeurs.

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 10:33

Alors Bravo à :

  • - Emilien, Samy, Robin, Marc et Henri qui sont Admis en second cycle. avec une mention spéciale pour Samy et Emilien, qui ont,et  de loin, réalisé les meilleures interprétations.
  •  
  • - Thomas, Arthur, Boris et Thibault qui ont obtenu leur CFEM et qui sont rentrés en DEM.
  •  
  • - Arthur et Gaëtan qui ont exécuté 30 min d'un programme de grande qualité, et ceci, en vu de préparer le DEM qui pour eux, se déroulera dans 1 an. c'était juste une évaluation, mais dans les conditions DEM.

Résultat, sur les 5 premiers cycle qui tentaient le passage en second, un seul n'a pas été admis (Charles). 4 CFEM sur 4 ont obtenu le CFEM + l'entrée en DEM (deux choses bien différentes !). Cette année il n'y avait pas de second cycle...

Je mettrai en ligne prochainement des extraits des pièces interpretées.

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 18:03

Avec Arthur, mardi nous passons notre CFEM, et pour cet examen, nous avons comme œuvres à jouer, Diptères de Risset, Ximix de François Rosse et enfin Pièces Françaises de Fernande Decruck.

Le morceau Pièces Françaises est édité en 1943, il a été écrit pour Marcel Mule, professeur de saxophone au conservatoire supérieur de Paris.

Cette pièce ce présente sous forme de 8 mouvements. Il s'agit en fait d'une suite instrumentale, suite de danse.

1er Tambourin. Vif

2nd Vieux Calvaire. Lent

3e Villageoise. Vif

4e Forlane. Lent

5e L’horloge. Vif

6e Rondel. Vif

7e Rigaudon. Vif

8e Toccata. Vif

Avec Arthur nous ne jouerons que les mouvements 1, 2, 4, 5, 7.

 

 

     TAMBOURIN.

           

Le Tambourin est un instrument de percussion populaire. Il est composé d’un grand cylindre cour en bois, qui est recouvert d’une peau de bêtes ou de plastique.

Dans Pièces Françaises, le mouvement « Tambourin » à une mélodie qui « sonne » très populaire, il s’agit d’ailleur d’une mélodie plutôt rythmique que mélodique. Il est mentionné au début du morceau, Animé et très rythmé. On doit retrouver dans ce mouvement l’esprit du tambourin populaire. Le Tambourin est également une danse de la suite instrumentale baroque, ressemblant à la bourrée provenant de la Provence et très populaire à la cours.

c'est avec ces deux aspects que l'on doit jouer ce premier mouvement

 

            VIEUX CALVAIRE.

           

Un calvaire peu prendre plusieurs sens, mais principalement il emploie une connotation religieuse. Il peut s’agir de la colline sur laquelle Jésus à été crucifier, d’une sculpture représentant la crucifixion du Messie ou bien encore un tombeau incorporant l’image de la Piétà. Dans tous les cas, il s’agit bien de religion. Je présume ici que le mouvement vieux calvaire peut avoir une certaine connotation religieuse. Il s’agit d’un mouvement très lent faisant ressortir un sentiment de pathétique. Le mot « plaintif » est mentionné en début de page, c’est un sentiment de douleurs que l’ont doit parvenir à transmettre pendant l’interprétation de ce mouvement.

 

            FORLANE.

 

La Forlane est une danse traditionnelle Frioul, provenant d'Italie, utilisant une métrique ternaire. Le rythme particulièrement employé est la sicilienne. On retrouvera beaucoup cette danse à l’époque Baroque. Ravel à utiliser cette forme dans Le tombeau de Couperin. Couperin, qui était un compositeur de l’époque Baroque. Contrairement au Baroque, ici, le mouvement doit être joué avec la plus grande expression possible.

 

            L’HORLOGE.

L’horloge… instrument de mesures du temps. C’est également l’instrument qui « conditionne » notre vie, toujours un œil sur l’heure, le temps. L’horloge c’est aussi un élément mécanique, toujours régulier. Ici le mouvement « l’horloge » doit donc être interprété de façon « mécanique ». Il est mentionné vif est léger, comme le cliquetis d’une horloge. Dés les premières mesures, le piano marque bien chaque temps, il marque le mécanisme de cette horloge, le « tic tac ». Puis vient s’ajouter le saxophone au bout de la 2eme mesures avec un thème que l’on retrouvera tout au long de ce mouvement, un Leit Motive, le thème qui rappelle qu’il s’agit bien d’une horloge.

 

RIGAUDON.

 

Le Rigaudon est en fait une danse traditionnelle françaises. Elle était dansée en province que ce soit par les paysans ou les gens de la noblesse. Madame de Sévigné l’apprécier tout particulièrement. Il s’agit encore d’une danse de l’époque Baroque.

Ravel l’employa encore dans Le tombeau de Couperin. Dans ce 7e mouvement, chaque phrase, antécédent et conséquent sont commencé en anachrouse, ce qui permet de relancer la danse. Chaque phrase à des carrures de 8 mesures, 4 mesures pour l’antécédent, et 4 pour le conséquent. On peut également noter un contraste entre le staccato très présent et les passage liés, plus lent et plus calme, contrairement aux passage détaché qui sont très agité et mouvementé.  

Repost 0
Published by blog collectif - dans sax.brest
commenter cet article